Afficher la navigation

SA Vérité : Ahmed Ben Salah serait-il derrière le malheur et les horreurs de Leïla Ben Ali ?

Envoyer cette page
Votre nom
Votre e-mail
E-mail destinataire
Message
Publié le 23/05/2012



Le livre de Leïla Trabelsi Ben Ali, Ma Vérité, revient au-devant de l’actualité tunisienne avec la question : sera distribué ou sera pas ? En effet c’est cette semaine qu’il sera sur la marché et les opinions divergent entre ceux qui souhaiteraient voir sa distribution interdite au risque de lui faire plus de propagande, en excitant l’esprit de curiosité chez les Tunisiens, et ceux qui préfèrent banaliser l’opération, d’autant plus que son interdiction pourrait préfigurer d’un retour biaisé de la censure.

En tout cas, ce qu’on pourrait dire de ce livre, c’est qu’il se présente en quatre chapitres ainsi répartis, en fonction de leurs objets respectifs. Le premier raconte l’enfance de Leïla Trabelsi, dans les années 70, au sein d’une famille abandonnée à une situation précaire après le suicide du père du fait de la politique des coopératives qui l’aurait pris tous ses biens.

Le second chapitre fait le récit de l’histoire d’amour née dans les années 80 entre Ezzine (qui était alors Directeur de la Sûreté Nationale) et Leïla, celle-ci se vouant au rôle de protectrice de son amant.

Le troisième chapitre est celui des relations, encore peu claires, entre « la Régente de Carthage » et trois autres femmes illustres, en l’occurrence Cheïkha Mouza, Aïcha Guedhafi et Souha Arafat.

Quant au quatrième et dernier chapitre, il accuse franchement d’un côté Abdellaziz Ben Dhia de désinformation du Président concernant le mouvement insurrectionnel dans le pays, de l’autre Sakher El Matri d’avoir comploté avec le Secrétaire général du RCD pour renverser Ben Ali, non sans souligner le rôle déterminant d’Ali Seriati dans cette opération. Evidemment, comme attendu, ce chapitre ne manque pas de pointer du doigt les services secrets Britanniques, Américains, Français et Qataris qui seraient les vrais artistes de la chute du règne de Ben Ali.

On le voit bien : ce livre n’ajouterait pas grand-chose aux rumeurs en cours, sauf peut-être des contradictions que les lecteurs ne manqueront pas de relever, si leur intérêt pour la lecture du livre n’est pas diminué par ce résumé qui en est fait.

 

Mansour M'henni
Note : 0 /10 - 0 avis
RÉAGIR À CET ARTICLE
Chargement de la page
Tuniculture.net