Afficher la navigation

Films de Sarah Maldoror a Hergla

Envoyer cette page
Votre nom
Votre e-mail
E-mail destinataire
Message
Publié le 05/07/2012

Sarah Maldoror, née en 1938 à Candou (France), est une cinéaste française d’origine guadeloupéenne, une des figures de proue du cinéma africain et du cinéma antillais.

 

Liste des films de Sarah Maldoror à Hergla:

 

Monagambée Sarah Maldoror (Doc/France/1969/15')

 

Tourné à Alger, Monagambée est un film documentaire sur la torture et, de façon plus large, sur l’incompréhension entre colonisés et colonisateurs. Il est basé sur le roman d’un écrivain angolais alors emprisonné par le pouvoir colonial portugais. Il est le premier film de Sarah Maldoror qui se voit déjà décerner plusieurs prix dont celui de meilleur réalisateur par le Festival de Carthage.

 

 

Sambizanga Sarah Maldoror (F/France/Angola/1972/97')

 

Co-écrit par son mari Mario de Andrade (leader du mouvement de lutte pour l’indépendance de l’Angola), Sambizanga est basé sur un événement réel : l’arrestation et l’incarcération d’un militant, père de famille, et les conséquences de sa disparition pour son fils et sa femme… Tout comme ses autres réalisations, ce film dénonce l’oppression coloniale et a permis l’émergence d’une parole résistante.

 

Un dessert pour Constante Sarah Maldoror (téléfilm/France/1979/61')

Paris des années 70. Bokolo et Mamadou, balayeurs de la ville de Paris, cherchent un moyen pour payer le retour au pays d'un de leurs camarades malade. Ils découvrent un jour dans les poubelles un vieux livre de recettes de cuisine. Leur vient alors l'idée de participer à un jeu télévisé qui consiste à décliner avec précision les ingrédients des meilleurs plats de la cuisine française. Ils apprennent par coeur les recettes des sauces, entremets et desserts…

Adapté d’une nouvelle de Pierre Boulanger, Un dessert pour Constance se joue avec humour des stéréotypes culinaires comme des représentations des Africains dans l’imaginaire du français moyen des années soixante dix. Il fut présenté lors du deuxième festival d’Amiens en présence des deux comédiens.

 

Léon Gontran Damas Sarah Maldoror (Doc/France/1994/26')

 

Léon G. Damas, poète de la Guyane, ambassadeur de la culture noire aux Etats-Unis, ne figure pas dans le Petit Larousse. C'est pourquoi la réalisatrice de la Guadeloupe, Sarah Maldoror, lui consacre un documentaire.

 

Eia Pour Césaire Sarah Maldoror (Doc/France/2009/60')

 

Peu de temps après la disparition d’Aimé Césaire, la réalisatrice revient sur les pas du poète. Le documentaire est ponctué par des extraits de films qu’elle a consacré au « Chantre de la négritude », en particulier Un homme, une terre et Le Masque des mots. Des morceaux choisis, souvent sous forme de conversations, qui permettent de découvrir l’oeuvre poétique, l’action politique, l’attachement, et la vision de la négritude de l’ancien maire de Fort-de-France.

Sarah Maldoror est aussi allée à la rencontre de proches de l’auteur de « Cahier d’un retour au pays natal » dont sa secrétaire et sa gouvernante. Elles nous font découvrir son quotidien ainsi que certains aspects de l’homme, surtout sa façon d’écrire, souvent sur des petits bouts de papiers. Régulièrement ponctué par les musiques de Max Cilla, le père de la flûte des Mornes, ce film dresse avec beaucoup de simplicité le portrait de celui qu’on appelait souvent « Papa Césaire », un homme profondément attaché à la Martinique, à sa culture et à son peuple.

 

 

Note : 0 /10 - 0 avis
RÉAGIR À CET ARTICLE
Chargement de la page
Tuniculture.net